Partenariats de recherche

L'innovation ouverte

partenariats-recherche.jpg

En matière de recherche, Pierre Fabre privilégie depuis toujours une approche partenariale, persuadé que la complémentarité et le partage d'expertises constituent des accélérateurs d'innovation. Notre partenariat historique avec le CNRS dans le développement du premier anticancéreux lancé par l'entreprise en 1989, est emblématique de cette approche. Depuis plusieurs années, cette dernière s'est structurée autour de partenariats avec plusieurs Établissements Publics de Recherche français (INSERM, CNRS, CEA, ...) ainsi qu'avec des sociétés de biotechnologies innovantes (biotechs) d'autre part. Cette stratégie « d’innovation ouverte » a pour but de dynamiser et d'accélérer notre activité de recherche et développement

Partenaires publics

cnrs.jpg

Pierre Fabre a bâti une longue histoire de collaboration avec le CNRS, les Facultés et Universités françaises et plus généralement les organismes publics de recherche (INSERM, CEA). Cette collaboration traduit la complémentarité entre nos savoir-faire respectifs : recherche fondamentale pour le CNRS, recherche à finalité thérapeutique pour Pierre Fabre. En janvier 2011 une convention de partenariat entre l’IRPF et le CNRS a été renouvelée une troisième fois. La structure mixte a pour mission la mise au point de nouveaux candidats-médicaments agissant sur la régulation épigénétique des processus cancéreux (www.etac.cnrs.fr).

 

Pierre Fabre et le CNRS sont également partenaires dans le cadre de l’Observatoire Océanologique de Banyuls sur Mer, à travers une Équipe Mixte de Recherche (CNRS, Université Pierre et Marie Curie, Pierre Fabre) qui se consacre à la recherche en biotechnologies marines.

Partenaires privés

Nos équipes R&D se tournent également vers d'autres laboratoires de l’industrie pharmaceutique qui disposent des ressources technologiques, humaines et financières pour mener à leur terme le développement de molécules ou d'anticorps monoclonaux issus de la recherche Pierre Fabre. Après la signature, en 2004, d’un premier accord avec Merck & Co. pour le développement d’un anticorps monoclonal, un autre anticorps découvert par les équipes Pierre Fabre à Saint-Julien-en-Genevois a fait l’objet en 2010 d’un partenariat avec Abbott.